Société de Pharmacie de Bordeaux
JOURNÉE DE LA SPB DU JEUDI 6 JUIN 2013 ORGANISÉE PAR CHARLES TAMARELLE par Alain Badoc, 11 aout 2013
menu
Rendez-vous était donné vers 9h30 sur le site Carreire. Les trajets ont eu lieu par covoiturage et la matinée était consacrée à la visite du Château de Mongenan.
VISITE DU CHÂTEAU DE MONGENAN
Le Château de Mongenan se trouve au 16 rue de Mongenan à Portets (33640). Il fut construit en 1736 par l'architecte Le Herissez pour le Baron Antoine de Gascq, qui fut Président du Parlement du Guyenne. Passionné de botanique, il recueillit plusieurs herbiers et organisé un jardin d'1,5 hectare selon les préceptes de Jean-Jacques Rousseau qui était aussi son maitre de musique.

menu

menu

Labellisé jardin remarquable en 2004, le jardin est riche en espèces aromatiques (divers jasmins), ornementales (rosiers, etc.) et légumières.

menu

menu

menu

menu

puits à droite de l'entrée

château vu du fond du jardin

Iris germanica

Kolkwitzia amabilis

Nous sommes accueillis par Florence Mothe, conservatrice du musée, licenciée en philosophie, ancienne journaliste et critique musicale, auteur de plusieurs ouvrages et véritable spécialiste de la franc-maçonnerie et de la Révolution française en Gironde. C'est la propriétaire du château, descendante directe du baron de Gascq.

menu

menu

Le château regorge de documents anciens, notamment de la Révolution française, que Florence Mothe exploite à travers ses conférences, livres, romans, etc. Sa présentation fut assez accès sur la franc-maçonnerie, vu qu'elle venait de publier chez Mollat l'ouvrage Lieux symboliques en Gironde, trois siècles de franc-maçonnerie à Bordeaux. À la fin de la visite, plusieurs membres de la Société ont acheté son livre et demandé qu'il soit signé.

menu

menu

cabinet de réflexion à l'entrée du Temple Maçonnique

apéritif à l'issue de la visite, servi par Lolita Tastet, jeune stagiaire au château

Pour plus d'information

DÉJEUNER À BAZAS
Le déjeuner a eu lieu au Bistro Saint-Jean, face à la cathédrale avec une vue sur la place entourée des arcades de maisons du XVIe et XVIIe siècles.

menu

VISITE DE L'APOTHICAIRERIE DE BAZAS

L'apothicairerie de l'hôpital Saint-Antoine de Bazas, qui fait déjà l'objet d'une actualité sur ce site, se trouve à quelques minutes à pied de la cathédrale et présente une collection de pots en faïence et de verreries dans des armoires en chêne sculpté. Les membres de la Société de Pharmacie de Bordeaux sont accueillis par Stéphane Sage, directeur du Centre hospitalier de Bazas, qui donne des précisions sur les bâtiments. De son côté, Charles Tamarelle fait part de sa passion pour les pots de pharmacie.

menu

menu

menu

VISITE DE LA CATHÉDRALE, DU JARDIN DU CHAPITRE ET DU MUSÉE MUNICIPAL DE BAZAS

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste fut construite à partir de 1233 sur deux siècles. Elle est de type gothique, sauf l'entrée correspondant à une construction antérieure. Elle a subi d'importantes dégradations durant les guerres de religion à partir de 1561. En 1568, la toiture fut détruite par les Protestants ; l'évêque Arnaud de Pontac paya pour que les dégâts cessent et favorisa la reconstruction de l'édifice. À la révolution, des statues du portail furent détruites et la cathédrale pillée.

69 évêques se succédèrent du Ve siècle jusqu'à la révolution. Bazas était une ville de passage pour les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle, avec un diocèse au même titre qu'Auch, Bordeaux ou Toulouse, une cours de justice, un tribunal, etc. Avec le développement des voies de communication, cette ville d'étape a beaucoup perdu de son aura.

Le jardin du chapitre donne une vue en contrebas des remparts à 90 mètres sur la confluence de deux ruisseaux. On y trouve une présentation de fouilles archéologiques. Le site était habité dès le Ve siècle av. J.-C. et un oppidum s'y développa à partir du IVe siècle. Un jardin en carrés à l'ancienne vient d'y être installé.
Le musée de Bazas juste à côté présente une grande maquette de la cité en 1650. Au sous-sol, les plus valeureux ont descendu des escaliers assez raides pour voir un cachot avec latrines. « C'était un studio aménagé ! » s'est exclamée Mme Marie-José Cagi-Nicolau.

menu

VISITE DE L'ÉGLISE SAINT-CÔME

L'église Saint-Côme présente une nef centrale romane et des nefs latérales gothiques. Elle est utilisée pour les mariages et les enterrements. Le choeur a été rénové. Les lustres portaient des bougies et pour les faire descendre on montait sur la voute.

C'était un lieu de pèlerinage annuel. Saint-Côme est le patron des chirurgiens et Saint-Damien celui des apothicaires. Ces deux frères jumeaux arabes furent décapités au IVe siècle après avoir refusé d'abjurer leur foi. Les pèlerins venaient boire l'eau de la fontaine du bourg toute proche, qui était censée avoir des vertus curatives contre les affections cardiaques et les maladies des yeux.

Après une journée bien remplie, les membres de la Société sont retournés sur Bordeaux vers 17h30.

menu