Société de Pharmacie de Bordeaux
FORUM SUR LES MÉTIERS DE LA PHARMACIE DU 19 MARS À L'UNIVERSITÉ BORDEAUX SEGALEN
menu

Une après-midi d'information sur les métiers de la pharmacie a eu lieu le 19 mars 2013 à l'amphithéâtre 5 de l'Université Bordeaux Segalen. Cette demi-journée, organisée par la Société de Pharmacie de Bordeaux et l'Unité de Formation et de Recherche de Pharmacie de l'Université Bordeaux Segalen, était coordonnée par Catherine Pulon et Catherine Chèze.

menu

de gauche à droite, Jean-Michel Marot (Directeur régional des Relations Institutionnelles et Économiques Novartis Pharma), Catherine Chèze (Maitre de Conférences au Laboratoire de Pharmacognosie de l'Université Bordeaux Segalen), Jean-Yves Launay (Manager Relations Institutionnelles et Économiques chez Novartis Pharma), Jérôme Parésys-Barbier (Président du Conseil Central de la Section D de l'Ordre National des Pharmaciens) et Françoise Amouroux (responsable UTIP (Union Technique Intersyndicale Pharmaceutique) - EPU (Enseignement Post-Universitaire) en Aquitaine)

14 h

Ouverture par le Doyen Bernard Muller

14 h 15

« La Pharmacie en 2020 », conférence de Jérôme Parésys-Barbier sur l'ensemble des métiers de la pharmacie

 

Ancien étudiant en pharmacie de Bordeaux, Monsieur Parésys-Barbier a insisté sur le fait qu'il faut arrêter de se faire peur pour rien et qu'il ne faut pas faire l'erreur de quitter la famille de la pharmacie pour peu qu'on adhère au code de déontologie : dévouement, devoir de confraternité, intérêt du patient et de la santé publique. En effet, la réglementation constitue une véribable forteresse, la France étant le seul pays au monde où on a des pharmaciens tout le long de la chaine du médicament. Ainsi, le maillon des grossistes répartiteurs n'est pas faible en France par rapport au reste de l'Europe, car on a des pharmaciens à leurs têtes. La loit HPST (Hôpital, Patient, Santé, Territoires) de 2009 n'a pas de sens sans les officinaux à qui elle attribue des missions.

De nouveaux textes permettront aux officinaux d'entrer progressivement à leur rythme dans le capital de leur officine, être copropriétaires ou de revendre leur entreprise : on ne déstructurera pas le nombre d'officines, alors qu'actuellement, une officine ferme tous les 3-4 jours.

Le commerce électronique des médicaments ne va pas partir en live : il sera adossé à une officine et géré par des pharmaciens adjoints ; il faudra des autorisations et respecter des textes de loi.

L'étudiant en pharmacie peut facilement changer de flières contrairement à d'autres métiers et a accès à plus de 400 métiers différents : pharmacien inspecteur de la Santé publique, pharmacien à la Sécurtité sociale, pharmacien militaire, pharmacien pharmacovigilant, pharmacien pompier, pharmacien de prison, pharmacien en maison de retraite, pharmacien spécialiste des AMM (Autorisation de Mise sur le Marché, née sur la terre bordelaise), etc. Par ailleurs, de nombreux emplois vont être créés : le temps de présence pour la dispensation de l'oxygène va être multiplié par quatre et cela touche 400 établissements.

De par ses études, le pharmacien peut répondre à de multiples situations. Et Monsieur Parésys-Barbier de citer cette remarque qu'on lui fait souvent : « Vous les pharmaciens, vous nous agacez, parce que vous avez toujours une réponse à tout ! ».

15 h

Tables rondes de 20 min avec 5 min de présentation et réponses aux questions des étudiants de 2e et 3e année de pharmacie dont la présence était obligatoire

 

Officine et répartition pharmaceutique

 

Michel Guyot (Maitre de Conférences Laboratoire de pharmacie galénique et biopharmacie, Université Bordeaux Segalen)

Françoise Amouroux (responsable de la formation continue en Aquitaine, et enseignante en 5e et 6e année sur la pratique officinale quotidienne)

Jérôme Paresys-Barbie (Président de la Section B de l'Ordre des Pharmaciens)

 

Industrie

 

Marie Castel (Responsable coordination projet Nouveaux Produits et Formulation Johnson & Johnson à Martillac)

Emmanuelle Bardet (Pharmacien responsable et Directeur Qualité Disposable-Lab, dans la région bordelaise)

Jean-Yves Launay (Manager Relations institutionnelles et économiques en région)

Benoit Salaün (Directeur Europe Économie de la santé Saint Jude Médical)

 

Pharmacie hospitalière et biologie

 

Jean-François Quignard (Professeur Bordeaux Segalen)

Philippe Derache (Professeur, CHU Haut-Levêque et Laboratoire de biochimie fondamentale et clinique, Université Bordeaux Segalen)

Marie-Claude Saux (PUPH (Professeur Universitaire Praticien Hospitalier) CHU Haut-Levêque, Laboratoire de pharmacie clinique et pharmacocinét ique, Université Bordeaux Segalen)

 

Autres métiers : recherche, inspection, humanitaire, etc.

 

Alain Nuhrich (Professeur Laboratoire de Pharmacie chimique, Université Bordeaux Segalen)

Mélodie Lessmann (Étudiante 5e année officine)

Bernard Muller (Professeur Laboratoire de pharmacologie, Université Bordeaux Segalen)

16 h 40

Réponses particulières

17 h

Côture avec remise des prix posters de l'Unité d'Enseignement communication.

 

Les posters étaient exposés dans le hall à l'entrée de l'amphithéâtre et un Jury a désigné les trois meilleurs d'entre-eux.

menu